img-3367.jpg
Business Joomla Templates

4. Sutra Amitabha

PDF Imprimer Envoyer
Livres de prières - Sutra du Bouddha Amitabha

11. Sutra Amitabha

LE BOUDDHA EXPLIQUE LE SUTRA AMITABHA

 

   Nous nous prosternons respectueusement devant tous les Bouddhas et les Bodhisattvas de la grande Assemblée du Lotus. (réciter 3 fois)

   Ainsi ai-je entendu2: "A une époque, le Bouddha séjournait à Shrâvasti, dans le jardin offert par Anâthapindika où étaient plantés les arbres du prince Jetavana, en compagnie de 1250 Grands Bhikkhus. Tous étaient des Arhats Grands Etres très connus comme : Vénérable Sâriputra, Maha Maudgalyana, Maha Kasyapa, Maha Katyâyana, Maha Kausthila, Revata, Suddhipanthaka, Nanda, Ananda, Râhoula, Gavâmpati, Pindolabharadvâdja, Kâlodayin, Maha Kaphina, Vakkula, Aniruddha qui étaient les Grands Disciples.

   Etaient rassemblés là aussi les Bodhisattvas Grands Etres : Manjusri, fils du Roi de la Loi, Bodhisattva Ajita, Bodhisattva Gandhastin, Bodhisattva Nityodukta et avec ceux-ci tous les Grands Bodhisattvas ainsi que d'innombrables Dieux et Shakra, l'Indra des Devas, etc... Tout le monde se rassemble là.

   Alors le Bouddha dit au Très Vénérable Sâriputra : "D'ici vers l'Ouest, à plus de dix milliards de Terres de Bouddha existe un monde nommé Suprême Félicité. Dans ce monde réside le Bouddha Amitabha (Lumière infinie, longévité infinie) qui est en train d'enseigner la Loi.

   Sâriputra ! Pourquoi ce monde s'appelle-t-il Suprême Félicité ? C'est parce que les êtres animés vivant sur cette terre ne subissent pas de souffrance, ils n'éprouvent que du bonheur. C'est pourquoi ce monde porte le nom de Suprême Félicité.

   Sâriputra, de plus, sur cette terre Suprême Félicité, il y a sept étages de balustrades, sept étages de filets, sept étages d'arbres faits tous de quatre matières très précieuses, qui l'entourent. C'est pourquoi ce pays porte le nom de Suprême Félicité.

   Sâriputra, de plus, cette terre de Suprême Félicité possède un étang fait de sept matières précieuses3. Une eau ayant huit bonne qualités4 le remplit et le sol du fond de l'étang est tapissé de sable d'or.

   Sur les quatre bords qui entourent l'étang, il y a des marches d'escalier faites d'or, d'argent, de lapis-lazuli, de cristal. Sur les trottoirs des rues il y a des édifices avec des étages qui sont aussi faites d'or, d'argent, de lapis-lazuli, de cristal, de nacre, de perles rouges, d'agate et de brillants ornements. Dans l'étang, il y a des fleurs de lotus aussi grandes que les roues d'un char. Les lotus bleus émettent une lumière bleue, les jaunes donnent une lumière jaune, les rouges, une lumière rouge et les blanches, une lumière blanche. Merveilleuse est la pureté de leur parfum.

   Sâriputra ! Cette Terre de Suprême Félicité a réussi la parfaite réalisation.

   Sâriputra, dans le pays de ce Bouddha, résonne fréquement la musique céleste, le sol est fait d'or pur. Six fois par jour, des pluies de fleurs de Mandarava tombent du ciel. Les êtres animés de ce monde, souvent tôt le matin, ramassent les fleurs les plus belles, les mettent dans des sacs pour en faire des offrandes aux milliards de Bouddhas dans les dix directions des autres régions. A l'heure du repas ils retournent au pays et après le repas, ils pratiquent la méditation en marchant.

   Sâriputra, cette Terre de Suprême Félicité a réussi cette parfaite réalisation.

   De plus, Sâriputra, dans le pays de ce Bouddha, vivent ensemble des merveilleux oiseaux aux belles couleurs comme des grues blanches, des paons, des perroquets, des perruches, des passereaux, des faisans. Tous ces oiseaux, jour et nuit, à six reprises émettent des chants mélodieux. Ces chants expliquent les principes comme : les cinq Bases, les cinq Forces, les sept états d'esprit constitutifs de l'Eveil, la Noble Voie Octuple5 et d'autres encore. Les êtres animés de ce monde, en écoutant les chants de ces oiseaux, se mettent tous à invoquer le Bouddha, le Dharma, le Sangha.

   Sâriputra ! Ne pensez surtout pas que ces oiseaux sont nés là à cause de leurs fautes commises dans leurs vies passées. Pourquoi ? Parce que sur cette Terre de Bouddha, il n'y a pas les Trois mauvaises voies. Sâriputra, sur cette Terre de Bouddha les noms de ces voies n'existent même pas, a fortiori, leurs existences réelles ! Tous ces genres d'oiseaux sont là par la volonté du Bouddha Amitabha qui désire que la Loi soit répandue de cette façon. C'est une création miraculeuse du Bouddha.

   Sâriputra ! Sur cette terre de Bouddha Amitabha une brise souffle et fait bouger légèrement les rangées d'arbres et les filets faits de matières précieuses, ce qui produit un son harmonieux comparable à la musique émise par un orchestre composé de cent mille instruments variés. Tout être ayant entendu ce son se mettra spontanément à invoquer le Bouddha, le Dharma, le Sanghe.

   Sâriputra ! La Terre de ce Bouddha a réussi cette parfaite réalisation.

   Sâriputra ! Qu'en pensez-vous ? Pourquoi ce Bouddha s'appelle-t-il Amitabha ? Sâriputra ! L'auréole de ce Bouddha brille intensément, sa lumière éclaire toutes les terres de Bouddha dans les dix directions sans rencontrer d'obstacles. C'est pourquoi il porte le nom d'Amitabha.

   Sâriputra ! Ce Bouddha et sa population ont une longévité infinie qui dure pendant d'innombrables kalpa. C'est pourquoi il porte le nom d'Amitabha.

   Sâriputra ! Bouddha Amitabha a atteint l'état de Bouddha parfaitement accompli depuis dix kalpa. De plus, Sâriputra, ce Bouddha a d'innombrables Disciples-Auditeurs qui sont tous des Arhats. Ce n'est pas en comptant qu'on peut en connaître le nombre des Disciples-Bodhisattvas.

   Sâriputra ! La terre de ce Bouddha a réussi sa parfaite réalisation.

   De plus, Sâriputra, au pays de la Suprême Félicité, les êtres animés qui y résident, sont tous des non rétrogradables résident, sont tous des non rétrogradables6. Parmi eux il y a beaucoup de Bodhisattvas qui deviendront Bouddhas dans une seule naissance nouvelle7. Ce n'est pas en comptant qu'on peut en connaître le nombre. On peut seulement l'exprimer en kalpa innombrables, inconcevables, infinis.

  Sâriputra, les êtres animés qui ont entendu les faits relatés ci-dessus doivent faire le voeu de renaître en ce pays-là. Pourquoi ? Pour pouvoir être réunis avec les Grands Etres en une seule demeure.

  Sâriputra, s'il y a des bouddhistes laïcs hommes et femmes qui ont entendu parler son nom avec une très grande concentration pendant un jour ou deux jours, ou trois jours, ou quatre jours, ou cinq jours, ou six jours, ou sept jours, alors au moment de leur agonie, ils verront apparaître devant leurs yeux, le Bouddha Amitabha accompagné d'un grand nombre de Sages. Ainsi au moment de leur mort, ils n'ont pas l'esprit troublé et ils renaissent aussitôt au Pays de la Suprême Félicité du Bouddha Amitabha.

   Sâriputra, comme moi aujourd'hui qui rends hommage aux mérites impensables, inconcevables du Bouddha Amitabha, à l'Est8il y a aussi le Bouddha Aksobhya, le Bouddha Méroudvaja, le Bouddha Mahamérou, le Bouddha Mérou prabhâsa, le Bouddha Gadgadasvara qui en font de même. De semblables Bouddhas sont aussi nombreux que les sables du Gange. Chacun son propre territoire fait apparaître de façon miraculeuse une langue très longue et très large, capable de recouvrir trois mille grands univers9pour prononcer ces paroles de vérité : "Vous, les êtres animés, vous devez croire aux louanges adressées aux vertus inconcevable de ce Sutra que tous les Bouddhas protègent et récitent".

   Sâriputra, dans les mondes du Sud, il y a le Bouddha Tchandra Sûryapradipa, le Bouddha Yasaprabha, le Bouddha Mahârkiskanda, le Bouddha Méroupradipa, le Bouddha Anantavirya et d'autres semblables Bouddhas aussi nombreux que les sables du Gange. Chacun dans son propre territoire, fait apparaître, de façon miraculeuse, une langue très longue et très large, capable de recouvrir trois mille grands univers pour prononcer ces paroles de vérité : "Vous, les êtres animés, vous devez croire aux louanges adressées aux vertus inconcevables de ce Sutra que tous les Bouddhas protègent et récitent".

   Sâriputra, dans le mondes de l'Ouest, il y a le Bouddha Amitabha, le Bouddha Amitaskanda, le Bouddha Amitadhvaga, le Bouddha Mahâprabha, le Bouddha Mahavidya, le Bouddha Ratnakêtourâdja, le Bouddha Soudharasmiprabha et d'autres semblables Bouddhas aussi nombreux que les sables du Gange. Chacun dans son propre territoire, fait apparaître, de façon miraculeuse, une langue très longue et très large, capable de recouvrir trois mille grands univers pour recouvrir trois mille grands univers pour prononcer ces paroles de vérité : "Vous, les êtres animés vous devez croire aux louanges adressées aux vertus inconcevables de ce sutra que tous les Bouddhas protègent et récitent".

   Sâriputra, dans les mondes du Nord, il y a le Bouddha Rkiskanda, le Bouddha Doundoublisvaranirghosha, le Bouddha Doushpradarsha, le Bouddha Aditya sambhava, le Bouddha Jaliniprabha et d'autres semblables Bouddhas aussi nombreux que les sables du Gange. Chacun dans son propre territoire, fait apparaître, de façon miraculeuse, une langue très longue et très large, capable de recouvrir trois mille grands univers pour prononcer ces paroles de vérité : "Vous, les êtres animés, vous devez croire aux louanges adressées aux vertus inconcevables de ce Sutra que tous les Bouddhas protègent et récitent".

   Sâriputra, dans les mondes d'en dessous, il y a le Bouddha Sinha, le Bouddha Yasa, le Bouddha Yasaprabhasa, le Bouddha Dharma, le Bouddha Dharma, le Bouddha Dharmavaja, le Bouddha Drûma et d'autres semblables Bouddhas aussi nombreux que les sables du Gange. Chacun dans son propre territoire fait apparaître, de façon miraculeuse, une langue très longue et très large, capable de recouvrir trois mille grands univers pour prononcer ces paroles de vérité : "Vous, les êtres animés, vous devez croire aux louanges de ce sutra que tous les Bouddhas protègent et récitent".

   Sâriputra, dans les mondes d'au-dessus, il y a le Bouddha Brâmagosha, le Bouddha Natchatrarâdja, le Bouddha Gandottama, le Bouddha Gandaprabhasa, le Bouddha Maharkiskanda, le Bouddha Ratnakousoumasanpouchpitagâtra, le Bouddha Sâladrarâdja, le Bouddha Ratnamalaçri, le Bouddha Sarvarthadaria, le Bouddha Souméru kalpa et d'autres semblables Bouddhas aussi nombreux que les sables du Gange. Chacun dans son propre territoire fait apparaître, de façon miraculeuse une langue très longue et très large, capable de recouvrir trois mille grands univers pour prononcer ces paroles de vérité : "Vous, les êtres animés, vous devez croire aux louanges adressées aux mérites inconcevables de ce Sutra que tous les Bouddhas protègent et récitent".

   Sâriputra, qu'en pensez-vous ? Pourquoi ce Sutra porte-t-il le titre : Le Sutra que tous les Bouddhas protègent et récitent ?

   Sâriputra, c'est parce que, s'il y a des fidèles bouddhistes hommes et femmes qui écoutent, acceptent, pratiquent ce Sutra ensemble avec tous les Bouddha qui l'ont protégé, alors ces fidèles obtiendront le stade non rétrogradable en vue de l'état de Bouddha parfaitement accompli. C'est pourquoi Sâriputra, vous devez tous croire en mes paroles ainsi que les enseignements de tous les Bouddhas.

   Sâriputra, s'il y a des êtres qui ont fait le voeu, font le voeu, feront le voeu de renaître au pays du Bouddha Amitabha, ces êtres-là obtiennent tous le stade non rétrogradable en vue de l'état de Bouddha parfaitement accompli. Sur cette Terre-là, soit ils y sont déjà nés, soit ils y naissent, soit ils y naîtront.

   Sâriputra ! C'est pourquoi tous les bouddhistes hommes et femmes s'ils ont la foi, doivent faire le voeu de renaître en ce pays.

   Sâriputra, comme moi aujourd'hui, je loue les mérites et les vertus inconcevables de tous les Bouddhas, ces Bouddhas là proclament aussi mes mérites et vertus en prononçant ces paroles : "Le Bouddha Sakya Muni est capable d'accomplir des choses extrêmement difficiles et rares dans le monde où il y a cinq impuretés10: les impuretés du Kalpa, les impuretés de la pensée, les impuretés des passions, les impuretés des êtres animés, les impuretés du destin. Il a pu atteindre l'état de Bouddha parfaitement accompli, il a pu enseigner, pour le bénéfice de tous les êtres animés, cette loi difficile à croire dans tous les mondes.

  Sâriputra, vous devez savoir que j'ai accompli ce travail très difficile dans ce mauvais monde de cinq impuretés : j'ai atteint l'état de Bouddha parfaitement accompli et en faveur de tous les mondes, j'ai enseigné cette Loi difficile à croire. Là c'est une tâche très ardue" !

   Le Bouddha a terminé l'explication de ce Sutra, le Très Vénérable Sâriputra ainsi que tous les autres Bhikkhus et dans tous les mondes des Dieux, des Humains, des Asuras, etc, ont écouté l'enseignement de Bouddha, le reçoivent avec joie, se prosternent devant lui et se retirent. (Inclination)

   Le Bouddha a fini d'expliquer le Sutra Amitabha.

 

  Hommage à Notre Maître Bouddha Sakya Muni 

(réciter 3 fois)  

 

  

 

    

 

 

 

 
Designed by Business wordpress themes and freepoker.