img-3371.jpg
Business Joomla Templates

Eveil et Libération

PDF Imprimer Envoyer
fr_Livres - Quelle voie bouddhiste ?

EVEIL ET LIBERATION

La Voie du Bouddha est une voie d’Eveil et de Libération, mais s’éveiller à quoi ? Libérer qui ?

Les termes “éveil” et “libération” se traduisent en vietnamien par deux mots composés : “giác ngộ” et "giải thoát” respectivement. “Giác” signifie savoir, mais que sommes-nous sensés savoir ? “Ngộ” signifie reconnaître, mais qu’est-ce donc qui est reconnu dans l’Eveil ? “Giải” signifie ouvrir, mais qu’ouvrons-nous ? “Thoát” signifie “échapper aux entraves”, mais quelles sont ces entraves, et qui lient-elles ?

Ces mots que nous utilisons par habitude, nous sommes-nous jamais arrêtés sur leur véritable signification ?

Ce que nous voulons savoir, percevoir, réaliser, c’est l’Eveil tel que l’a réalisé le Bouddha Sakyamouni autrefois, n’est-ce pas ? Mais qu’est-ce donc que le Bouddha a réalisé autrefois ?

Le Bouddha a compris et constaté que la vie est un océan de souffrances. Sans doute l’avez-vous aussi déjà compris et constaté vous-mêmes. Que voulez-vous donc comprendre de plus ?

Le Bouddha a compris et vu les causes de la souffrance, ce que l’on appelle selon la terminologie bouddhiste la “Noble Vérité de l’Origine de la Souffrance” (Samudaya-satya). Et vous n’êtes pas non plus sans les ignorer, peu ou prou. Les causes de la souffrances sont les Trois Poisons, à savoir le désir, l’aversion et l’ignorance, ou les dix chaînes et les dix souillures... Que voulez-vous dès lors réaliser de plus ?

Le Bouddha vit et réalisa que le Nirvana est un état de bonheur et de paix parfaite, exempt de toute trace de souffrance. Cela aussi, vous le savez déjà sûrement, pourtant aucun d’entre vous ne l’a atteint, n’est-ce pas ? Alors, que faire pour l’atteindre ?

Le Bouddha a compris et expérimenté la voie qui mène au Nirvana. C’est la “Noble Vérité de la Voie” (Ariyamarga-satya). Vous en avez sans doute déjà tous entendu parlé, la Voie comprend les 37 auxiliaires de l’Eveil : les 4 Etablissements de l’Attention, les 4 Efforts Justes, les 4 Bases des Pouvoirs Miraculeux, les 5 Facultés, les 5 Forces, les 7 Pensées de l’Eveil et l’Octuple Sentier. Lequel de ces chemins avez-vous donc choisi pour vous conduire au Nirvana ?

En résumé, ce que le Bouddha a réalisé n’est autre que les “Quatre Nobles Vérités” que nous venons d’énumérer. Si vous les connaissez déjà, que voulez-vous comprendre de plus ?

Les Quatre Nobles Vérités sont la doctrine de base du Bouddhisme que nous connaissons presque tous. Avons-nous pour autant réalisé l’Eveil ? Non, bien sûr, me répondrez-vous. Dans ce cas, que nous manque-t-il donc de plus pour y parvenir ?

Le Bouddha nous a enseigné tout ce qu’il savait dans les Soutras [1] , il ne nous a rien caché. Il devrait donc nous suffire de suivre ces enseignements et de les pratiquer correctement pour devenir nous-mêmes des Bouddhas. Hélas, l’étude des Soutras n’est pas chose facile. Nous voilà confrontés aux Soutras du Theravada, à ceux du Mahayana, aux enseignements exotériques du Soutrayana et aux enseignements ésotériques des Tantras, aux enseignements de la voie progressive, à ceux de la voie immédiate, etc...

Parmi les Soutras du Mahayana, il y a ceux que certains considèrent comme suprêmes, les “rois” des soutras. S’il n’y avait qu’un seul roi, les choses seraient encore simples, seulement voilà, nous avons l’embarras du choix et comment savoir lequel d’entre eux est le plus grand ? Qui n’aime se rapprocher des puissants pour bénéficier de leurs faveurs ? On comprend donc que la plupart étudient et récitent les “grands” Soutras, tels que le Soutra du Lotus, l’Avatamsaka, le Vajraccedika, etc... Mais récitent-ils les Soutras pour accumuler des mérites, ou pour réaliser l’Eveil ? Mais s’éveiller à quoi ? Accumuler des mérites pour qui ? Pour notre “moi” égoïste et confus ? Ou pour tous les êtres sensibles ? Mais qui sont ces “êtres sensibles” ? Le savons-nous, ou ne reconnaissons-nous que notre moi, ce qui est à moi, ma femme, ma maison, mon temple, mes fidèles ?

Pourtant, cela n’est pas encore trop grave. Il y a pire. Il y a ceux qui, plus sages et plus intelligents, vont écouter les Maîtres qui expliquent les Soutras, collectionnent les cassettes de ce Maître-ci, et de ce Maître-là, puis, convaincus d’avoir compris le sens des grands Soutras, ne regardent plus les autres qu’avec mépris.

Le Bouddha nous a pourtant mis en garde, précisant que ses enseignements n’étaient qu’un moyen et non la vérité elle-même, qu’ils étaient comparables au doigt qui montre la lune mais qui n’est pas la lune. A quoi rime donc l’orgueil que certains tirent de leur présumée connaissance supérieure des Soutras et leur mépris des autres ? Etudier et réciter les Soutras de la sorte mène-t-il à l’Eveil et à la Libération, ou à générer encore d’avantage d’ignorance et d’émotions négatives ?

A quoi s’éveille-t-on ? L’objet que vous poursuivez dépendra entièrement de votre niveau, de vos acquis et de vos aspirations.

Le Shravaka s’éveille aux Quatre Nobles Vérités, le Pratyeka Bouddha s’éveille à l’interdépendance, le Bodhisattva s’éveille à la nature illusoire des phénomènes et demeure heureux et imperturbable au sein du Samsara. Et vous, à quel Eveil aspirez-vous ? Souhaitez-vous réaliser votre nature originelle, votre vrai visage, votre maître intérieur, votre nature de Bouddha ? Est-ce pour cela que vous pratiquez le Zen ?

Ou souhaitez-vous réaliser la nature intrinsèque d’Amitabha, l’esprit de la Terre Pure, et c’est pourquoi vous pratiquez selon l’école de la Terre Pure (Amidisme) ? Ou voulez-vous réaliser la bouddhéité dans ce même corps à la manière tantrique ?

Mais que vous suiviez le Zen, le tantrisme ou la Terre Pure, que voulez-vous réaliser ? La doctrine bouddhiste est infiniment vaste et ne se limite pas à des termes comme “la nature de Bouddha”, “le visage originel”, “Zen”, “Terre Pure”, “Tantrisme”. Il en va de même de l’Eveil, ou pour être plus précis, l’objet de l’Eveil est lui aussi infiniment vaste et pour le connaître, il ne faut pas nécessairement entrer au monastère et se faire moine ! Peut-on trouver l’Eveil dans tel ou tel Soutra ? Ou devons-nous le chercher directement dans la vie de tous les jours ? Je suis sûr que vous avez déjà rencontré de ces gens qui fréquentent les temples depuis tant d’années, qui connaissent et ont récité un nombre impressionnant de soutras et qui pourtant se comportent encore plus mal que bien des gens qui ne connaissent rien au Bouddhisme. Si c’est l’Eveil que vous cherchez, essayez de déterminer et de définir l’objet de votre quête. A quoi voulez-vous vous éveiller ? Ce que vous cherchez va-t-il vous permettre de mieux vivre avec les gens qui vous entourent, dans l’harmonie, la paix et le bonheur ?

Parlons maintenant de la libération. Supposons que quelqu’un me capture, me lie pieds et mains et m’enferme à double tour. Ensuite, j’essaie de me débarrasser de mes liens et de m’enfuir de ma cellule. Lorsque je suis parvenu à m’échapper, je peux dire que je me suis libéré. Les Soutras comparent les trois mondes à une maison en feu où l’on ne peut nulle part trouver le repos et la paix. Notre seule issue est de pratiquer pour nous échapper. Mais si nous y regardons de plus près, qui nous a capturés ? Qui nous a enchaînés ? De quoi sont faits les liens qui nous entravent ? Où sommes-nous enfermés ?

J’ai déjà traité ces question en détail dans mon livre “Recherche du Je”. En résumé, il n’y a personne d’autre que nous-mêmes qui nous fasse souffrir. Les opposants au Bouddha l’insultèrent et usèrent de tous les moyens possibles pour lui nuire sans parvenir à altérer sa sérénité heureuse.

La pluie, le soleil, les louanges ou les blâmes ne sont que des circonstances extérieures. Si nous ne maîtrisons pas notre esprit et nous laissons emporter par des émotions qui nous font souffrir, c’est notre propre faute et non celle des autres.

Alors, pourquoi ces larmes lorsque nous entendons certains nous critiquer et nous démolir ? Qu’avons-nous fait de la leçon sur la libération ? Si d’autres s’empoisonnent l’esprit de mauvaises pensées et se salissent la bouches de méchantes paroles, ce n’est que le résultat de leur ignorance. En quoi cela nous concerne-t-il donc ? Pourquoi nous sentons nous si malheureux ? N’est-ce pas notre ego qui se sent blessé ?

Et si nous partions à la chasse de cet ego ...

 
Designed by Business wordpress themes and freepoker.